Trois jours et 800 km sur KLE et Bandit

Par Stéphane Marcot. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fin août, on se décide pour un séjour au fil des cols alpins afin de rejoindre l’arrière-pays niçois, en passant par le Mercantour.
Clou du spectacle :
le col de la Bonette ! Debout depuis 6 h, on est plus que motivés. On vérifie de n’avoir rien oublié et on charge ma KLE ! Les tendeurs sont à bloc mais rien ne bouge.
Delf quant à elle, fera la route sur sa Suzuki Bandit.

{phocagallery view=category|categoryid=10|limitstart=0|limitcount=0|fontcolor=#000|bgcolor=#FFf|bgcolorhover=#d1ccc3|imagebgcolor=#FFD24D| bordercolor=#B88A00|bordercolorhover=#86B300}

 

Premier jour

De Vizille à Jausiers

Départ à 7 h 30 pour 350 km jusqu’à l’hôtel au col du Turini. On roule vers Vizille tranquillement pour se mettre en condition... Attaquons la montée de Laffrey et le froid s’installe en passant les lacs. Delf allume les poignets et d’un coup ça va mieux...

Moi je me dis : le froid, même pas peur ! On enroule, personne sur la route, très agréable ce début de balade. Le soleil se pointe, enfin du chaud.

 

Première pause après La Salle-en-Beaumont. Vite, quelques photos du Chatel, du massif de l’Obiou et du Trièves.
On passe Corps, St Bonnet, le Col Bayard et enfin on sent la chaleur en descendant sur Gap. On prend la direction de Barcelonnette et à Remollon, on tourne sur la gauche pour passer Théus, village perché au pied du mont Colombis.


Quelques kilomètres plus haut, nous voilà arrivés au site étonnant de la Salle du Bal Des Demoiselles Coiffées. Panorama à couper le souffle, pas un bruit, des demoiselles coiffées à n’en plus finir : “Delf c’est vraiment beau”. On a du mal à repartir mais la Bonette nous attend...


On redescend vers la nationale par la route à chèvres de l’aller : épingles et encore des épingles mais avec une superbe vue sur la Durance. Peu de monde sur la route, le soleil est de plus en plus présent.


On passe au-dessus du lac de Serre-Ponçon, où l’on s’arrête pour profiter du paysage, le barrage est très bas du coup on aperçoit l’ancienne route avec son pont.

On remonte la vallée de l’Ubaye, Le Sauzet, Barcelonnette, Jausiers et enfin le départ du col est là... Ça va être trop bon.

 


info2 Le saviez-vous ? Le Mercantour. C’est un massif un peu à part, différent des autres par sa position très proche de la Côte d’Azur, il s’étend sur 2 départements, les Alpes Maritimes et les Alpes de Haute-Provence. Il compte des stations skiables comme Isola, Auron, Valberg. Dans le Parc National du Mercantour, on trouve toutes les espèces habituellement en montagne (marmottes, chamois, bouquetins et le contreversé loup...), de nombreux lacs et pour les marcheurs, la splendide Vallée des Merveilles à 80 km de Nice (près de 36 000 gravures rupestres, lieu de mémoire de nos origines), le lunaire col de la Bonette, plus haute route de France du haut de ses 2802 m.

 

À nous la Bonette !!

Enfin on y est, cette fois elle sera faite “façon je ne veux rien louper”. J’ai l’APN (appareil photo numérique) autour du cou, à portée de main. Delf me suit dans un rythme vraiment cool, on profite de chaque coin. On arrive à la caserne de Restefond. Pause photos, pour changer... On continue la montée.


Oh, surprise, les résidents estivaux nous coupent la route. Behhhhhh, behhhhhhhh, je traverse moi : un troupeau change de pâturage en faisant stopper la circulation. Certains viennent nous voir, ils sont bizarrement habillés eux.

Très sympa de voir tous ces moutons et chèvres ! Et là Delf craque pour une chèvre qui se met à brouter juste devant nous. Non non Delf, la chèvre ne peut pas faire de moto !
Après 10 mn d’arrêt, je pars, laissant Delf avec le troupeau. La KLE commence à sentir l’altitude, les carbus manquent d’air, mais on va y arriver.


Je m’arrête au départ du col de la Moutière pour attendre Delf, on finit la montée de la route la plus haute d’Europe. On s’arrête un bon moment pour profiter de cette vue unique en 360° des Alpes.


On descend vers la vallée de la Tinée avec une halte pour voir le cirque de Salso Moreno. On passe le Camp des Fourches, le hameau du Pra et on arrive dans la vallée de la Tinée tout en continuant tranquillement pour ne rien louper du paysage : “Il fait faim là !”

 

 

info2Le saviez-vous ? Le col de la Bonette est situé entre la cime des Trois Serrières et la cime de la Bonette, qui est la route la plus haute d’Europe (2802 m). Cette route, avec ses lacets, ses vallées et ses pics sombres, fait le bonheur des motards et des cyclistes.

 

 

De la Tinée à la Vésubie

St-Étienne-de-Tinée

Restaurant Lou Ben Manja Pizzeria tip top. Un large choix sur la carte. En terrasse, on nous sert une pizza de 40 cm de diamètre, garnie à profusion. Maintenant ça va mieux, on peut repartir.

 

mini-moto-relais

• À St Étienne de Tinée Lou Ben Manja www.loubenmanja.fr/index.php Carte au top avec belle terrasse, à s’arrêter après la Bonette
• Au col de Turini Hôtel ** Les Chamois 04 93 91 58 31 www.hotel-les-chamois.com

 


On descend la Tinée, Isola, les gorges de Valabres avec la pierre rouge comme au Cians et Daluis, St-Sauveur-sur-Tinée où l’on prend le col St Martin pour rejoindre la Vésubie.

 

Une fois le col passé, on aperçoit St Martin Vésubie, un village très joli avec ses toits rouges. La descente est dans le style de la montée... Et la chaleur est bien là.

 

On tourne direction la Bollène Vésubie pour le départ du Turini. Un choix difficile est devant nous : soit on monte tranquille pour le paysage, soit on la fait façon spécial, comme en rallye. Petit penchant pour le second choix...

 

Col de Turini. Le plaisir est là, même après 300 km. Ça frotte, personne sur la route, le goudron au top, dommage que les 15 km passent trop vite. Arrivés au col, on arrive à l’hôtel, bien fatigués !

 

mini-moto-relais

 Le col St Martin. Une montée très sympa avec un programme d’épingles, virages, tunnels, épingles, virages... Et un superbe paysage avec au loin St Dalmas.

 

Le circuit d’Authion

On décharge la KLE, on souffle un bon moment pour admirer le paysage et le calme, tout ça devant une bonne bière. J’arrive à motiver Delf pour monter sur la moto et partir à l’assaut du circuit d’Authion. Petite route à sens unique, vaut mieux vue la largeur, qui part du col du Turini qui fait une boucle.


On tombe sur un char de la seconde guerre mondiale, avec la ruine d’un vieux camp et ça tout au long de la route. Quelques kilomètres plus loin, une piste nous monte à la “redoute de la pointe des 3 communes”.

 

 

mini-moto-relais

 • À St Étienne de Tinée Lou Ben Manja www.loubenmanja.fr/index.php Car te au top avec belle terrasse, à s’arrêter après la Bonette
• Au col de Turini Hôtel ** Les Chamois 04 93 91 58 31 www.hotel-les-chamois.com

 

 

On se retrouve avec un beau panorama : la mer d’un côté et face à l’Italie de l’autre, juste audessus de la vallée des Merveilles et le col de Tende au fond du paysage.


Très impressionnant à voir ! On continue la piste jusqu’au fort des “Mille Fourches”. On termine la boucle. Maintenant douche et surtout repas : ça creuse, la moto.

 

 

Deuxième jour

 Du Turini à la Couillole

Après une bonne nuit, on se réveille à l’aube. Grrrrrrrr il pleut, du vent et ça caille. Super, le sud... Bon on va aller déjeuner, on verra après. Croissant et pain au chocolat tout chauds, miel, confitures, on fait le plein de forces.


On s’habille avec les combines : de vrais pingouins ! Elle s’est arrêtée au moment où l’on a pris les motos, la journée va être bien.
En route vers Sospel en prenant l’autre côté du col. Une descente aussi sympa que la montée avec toujours le même programme : épingles, virages, épingles, avec des vues imprenables, le tout pendant 20 km…

Arrivés à Sospel, on fait le plein, on enlève les combines pour mettre juste le K-way, fait trop chaud dessous et le temps est toujours avec nous.

 

mini-moto-relais

 Le col St Martin. On repart pour une vraie route de chèvres : graviers et tout ce qui va avec... 8 km de bonheur pour la KLE, moins pour la Suzuki Bandit mais... trop forte Delf, elle l’a passé nickel ! Pas un bruit, aucune voiture, pas de réseau, vaut mieux pas avoir de panne !

 


On passe le col de Braus et on tourne à droite pour faire le col de l’Abbé, nous voilà juste au-dessus de la descente du Turini et face au massif d’Authion avec le col de Tende au fond. C’est sauvage mais très sympa.


Là ça se gâte, du gravier bien épais pendant 4 km, mais doucement Delf assure !
On descend sur Lucéram pour prendre le col St-Roch, le col de La Porte, toujours sans pluie et sans voiture, trop bon ! Les paysages me rappellent la série Amicalement Vôtre, quand y‘avait les courses-poursuites de nuit !

Après avoir fait le plein de virages et de paysages, on arrive à Lantosque pour faire une bonne pause et boire un coup. Ça va mieux maintenant, on peut attaquer la montée d’Utelle avec toutes ses épingles.

On la fait à un rythme soutenu, faut bien se faire plaisir ! Petite pause au belvédère pour la vue sur la Vésubie. Passé La Tour, on descend dans la vallée de la Tinée pour prendre celle du Var. On se retrouve sur la nationale, ça nous change, c’est tout droit.

 


À Puget Théniers on ravitaille les motos et on casse la croûte : panini et 1/2, bof mais on avait faim…


On file vers les gorges du Cians, puis on fait plusieurs pauses photo aux Clues.


On découvre Beuil, très beau village perché, pour arriver au départ du col de la Couillole où nous attend le gîte. Le col est très sauvage, on est en plein Mercantour. Pas une voiture, on est les seuls au gîte…

 

Col de la Couillole. Roubion

Gîte la Fripounière
La soirée s’annonce bien, repas 4 étoiles, on se fait plaisir sur le vin, on passe un bon moment à parler, on a droit à des histoires sur les loups et toute la nuit le patou du gîte aboie pour faire le gardien.

 

 

mini-moto-relais

 Au col de la Couillole (à Roubion) Gîte la Fripounière 04 93 02 02 60 www.lafripouniere .com Chambre parfaite, façon chalet de montagne, tout en bois, repas 4 étoiles

 

Troisième jour

Retour du sud par la Lombarde

Après une nuit au calme, on jette un oeil dehors pour voir le temps : grand soleil. Ça motive de bon matin, un bon p’tit déj avec des confitures maison et nous voilà partis pour le retour.


On descend la Couillole par Roubion, joli village perché, on retrouve les falaises rouges que le soleil met en valeur. Et ça y est on a fait une boucle !


On vient d’arriver à St-Sauveur-sur-Tinée, déjà passé à l’aller. On roule tranquille jusqu’à Isola 2000 où la montée est très sympa.
Enfin on attaque le col de La Lombarde ! On se fait surprendre par une marmotte qui traverse la route.

 

Une épingle plus haut, une autre. Du coup avec Delf on s’arrête : elle nous regarde et hop dans son trou.


Arrivés au col, joli panorama sur Isola et une partie des Alpes. Tiens ya une piste à gauche... J’enfourche la KLE et je la remonte, je me trouve sur une vue à 360° avec la Bonette au fond.

 

mini-moto-relais

 À Isola • Camping Du Lac Des Neiges Quartier Lazisola - RD. 2205 04 93 02 18 16 Ouvert toute l’année www.princiland.fr • SP Auto Station ser vice 24/24 Mécanique - Dépannage Remorquage automobiles 23 Quartier Saint-Pierre 04 93 02 17 29


Je rejoins Delf au col, elle observe toujours les marmottes, impressionnant le nombre ! Et elles sont peu farouches. On descend le côté italien du col, toujours sous le soleil.

 

Puis direction le col de Larche pour rejoindre le col de Vars où l’on commence à avoir froid. Le vent est là. On se réchauffe en mangeant, on enfile les combines et K-Way.


On passe Guillestre et direction Briançon sans passer par L’Izoard. Le temps change et le froid est de plus en plus prenant. Dur pour une fin d’août.


On attaque le col du Lautaret, qui est couvert, le vent est très fort. On avait vu juste : flocons de neige, guère plus de 0°, et tout blanc autour... Vivement que l’on soit en bas ! On finit prudent jusqu’à La Grave où le temps se calme et on arrive à Vizille où il pleut.

 

Une très belle virée de 800 km avec des paysages grandioses et des images plein la tête pour longtemps.